11/24/2012

Chroniques Zarozniennes



Ces histoires proviennent d'un manuscrit antique découvert à Meudon dans le monastère des Apoglyphes. Chacune d'entre elles dépeint une scène propice à la contemplation béate.

Typhus Mons


Il n'était ni mort, ni endormi...
Il ne se mouvait cependant que très rarement, piégé tel qu'il l'était dans son alcôve creusée à même la roche. Et quand cela arrivait, ce n'était que pour laisser entrevoir un spasme furtif à l'univers qui l'entourait. Car plus personne ne venait le voir. Les villes que l'on construisait jadis sur son dos avaient eu le temps de se vider de leurs autochtones puis d'être repeuplées par les grands conifères bleus qui lui démangeaient la couenne.
Il lui était impossible de se gratter, un seul battement de cils lui aurait pris des années. La géographie autour de lui aurait changer du tout au tout, le piégeant de nouveau sous la roche, avant qu'il n'ait pu lever un doigt. Alors il s'était borné au fil des âges à écouter, observer...
Cette tâche fut plus dure qu'il ne l’eut crut. Au début il pris conscience que son regard était orienté vers les ténèbres, sous lui. L'étude des petits êtres besogneux qui grouillait dans la terre l’exaspéra et il dut se contenter des reflets du monde extérieur qu'il percevait sur sa carapace noire et brillante.
Un petit nuage passa lentement dans son champ de vision.
« Comment appelaient ils ceux-ci déjà ? Se demanda t-il. Cunnilingus ? »
Peut-être...
« Ô toi, parle moi de ceux qui vivaient ici avant que les singes et les oiseaux ne s'installent sur leurs ruines ».
- Ce temps est si loin, je ne me souviens plus que de bribes éparses.
- Pourquoi sont ils partis ?
- Ils n'ont pas eu le choix. Ils s’intéressaient à quelque chose appelé Trou Vert, je crois. Ils ont basé leur science et leur civilisation sur des connaissances interdites que jamais aucun vivant ne devrait connaître ».
Nouveau silence. Il écouta le clapotis de la rivière qui coulait à ses pieds.
« De ce dont je me souviens, ils ressemblaient aux singes qui vivent dans la jungle.
- Et comment s’appelaient ils ?
-Leur nom rimait avec celui de la rivière qui serpente depuis la montagne ».
Il ferma les yeux.
Et depuis, on dit qu'il dort, à l'ombre du monts Typhus, à côté de la rivière Domm et qu'il rêve de loutres.


Krasm

0 Si t'as un truc à dire, dis le et fais pas chier:

Vulvopolis n°1

Vulvopolis n°1
Le fanzine produit par PQkipik, 110 pages, 5€

Répertoire

Les fidèles

Fourni par Blogger.